1853-1904 : un demi-siècle d'incertitudes 1928-1940 : une exploitation décevante 1944-1970 : un lent déclin
1904-1928 : la construction 1940-1944 : une intense activité 27 mars 1970 : l'accident
e-mailplan du site
1970-2001 : le long chemin de la réouverture
1928 -1940 : une exploitation décevante
A peine inaugurée, la ligne Pau-Saragosse, exploitée côté français par la Compagnie du Midi se révéla décevante. Les finitions n'étaient pas parfaites et un défaut de la voie provoqua un déraillement en 1929 à Pont-Suzon. Mais, c'est surtout l'exploitation commerciale qui déçut. Les correspondances à Canfranc entre trains français et espagnols nécessitaient de longues heures d'attente et les formalités douanières étaient pointilleuses. Les correspondances pratiques à Pau, vers Bordeaux et la capitale étaient absentes. Il fallait une journée entière pour effectuer les 311 km séparant Pau de Saragosse !
Le trafic marchandise était assez réduit. En 1929 la ligne transporta 30000 t à l'exportation (céréales, engrais et coke), contre seulement 2000 t à l'importation. L'Espagne d'alors n'était pas celle d'aujourd'hui et le drame de la ligne était de déboucher sur un quasi désert économique. La grande crise de 1929 n'arrangea rien.
En 1931, un incendie occasionna d'importants dégâts à la gare de Canfranc. La Compagnie du Midi fusionna avec le PO en 1934.
Puis, la guerre civile espagnole éclata en 1936. Le trafic international s'arrêta avec la fermeture de la frontière par Madrid. Le 20 juillet, les franquistes s'emparèrent de Canfranc. Après une courte reprise, le service fut à nouveau interrompu le 18 août et une décision ministérielle française du 23 août 1936 suspendit tout trafic sur le Transpyrénéen occidental. Cette mesure faisait suite à des incidents qui auraient eu lieu à Canfranc entre des nationalistes espagnols et des douaniers ou cheminots français. La situation s'aggravant, les franquistes murèrent le tunnel du Somport en novembre. Il faudra attendre le 15 mars 1940 pour que le trafic international soit rétabli entre Canfranc et les Forges d'Abel.
Affiche de promotion du Transpyrénéen du Somport réalisée par E. Paul Champseix
Entre-temps, en 1937, l'État décide de nationaliser les chemins de fer et crée à partir du 1er janvier 1938, la Société Nationale des Chemins de fer Français. Le PO-Midi disparaît.
[suite]