1853-1904 : un demi-siècle d'incertitudes 1928-1940 : une exploitation décevante 1944-1970 : un lent déclin
1904-1928 : la construction 1940-1944 : une intense activité 27 mars 1970 : l'accident
e-mailplan du site
  1970-2001 : le long chemin de la réouverture
1904-1928 : la construction
Le texte de la convention signée à Paris le 18 août 1904 permit de régler plusieurs points techniques :
  - le tunnel du Somport devra être exploité en traction électrique avec une pente qui n'excédera pas 34 mm/m,
  - la gare internationale sera construite en France au lieu-dit " Les Forges d'Abel ",
  - la traction pourra s'effectuer à la vapeur ou à l'électricité avec des rampes maximales de 43 mm/m.
En 1907, un accord modifia la convention de 1904 : la gare internationale sera construite en Espagne au lieu-dit " los Arañones " à 4 km du village de Canfranc sous le nom de " gare internationale de Canfranc ". Les Espagnols virent grand, très grand… Ils voulurent une gare monumentale, symbole de tout un pays et pour eux le site des Forges d'Abel était trop encaissé. La même année, le Français Peyronel réalisa les études topographiques nécessaires au percement du tunnel. La convention du 20 juin 1907 et la loi du 2 août 1907 concédèrent l'exploitation de la partie française à la Compagnie du Midi.
Le percement du tunnel international débuta en octobre 1908. Quatre ans plus tard, le 13 octobre 1912, les deux équipes de forage se rejoignaient. Le tunnel du Somport, pièce maîtresse de la ligne, était achevé, mais les travaux de construction de la ligne étaient loin d'être terminés et il fallait encore construire l'immense gare internationale de Canfranc. La disposition des voies et des édifices fut établie en décembre 1910. Trois mois après en septembre, les travaux de terrassement commençaient à Los Arañones. Le rio Aragón fut dévié et endigué, les travaux de nivellement de l'emplacement de la gare pouvaient débuter.

La construction du tunnel du Somport
Côté français, les études du prolongement de la ligne d'Oloron à Bedous furent entreprises dès 1902. La Compagnie du Midi ne fit pas preuve de beaucoup d'enthousiasme pour construire ce Transpyrénéen. C'est l'Etat qui finança la quasi-totalité des travaux d'infrastructure. La section Oloron - Bedous fut ouverte en avril 1914, quelques semaines avant que la guerre n'éclate.

Le tunnel du Mail de Couret en construction.
Carte postale vers 1910, Carrache Editeur, Pau

 
Les travaux de la voie d'accès entre Bedous et le tunnel international traînèrent en longueur contrariés à maintes reprises par des aléas techniques et financiers. De 1910 à 1914, les études d'infrastructures furent achevées et les premiers travaux lancés. Malgré la déclaration de guerre et le manque de main d'œuvre, les travaux se poursuivirent. Le tunnel hélicoïdal fut terminé en 1917 et en 1918 on pouvait noter l'achèvement des ouvrages métalliques et du portail du tunnel du Somport.
Après la guerre, les travaux d'infrastructures se poursuivent jusqu'en 1923. Le 20 novembre la plate forme et les ouvrages d'arts furent remis à la Compagnie du Midi qui allait pouvoir procéder aux différents aménagements nécessaires à l'exploitation ferroviaire. L'année 1926 fut consacrée aux travaux de ballastage et de pose de la voie. Les sous-stations électriques, la caténaire en 1500 V continu, les gares et les équipements de sécurité furent achevés en 1927.
Pendant ce temps là, la section Jaca-Canfranc entra en service le 15 juillet 1922. Entre octobre 1922 et mai 1928 les Espagnols construisirent l'ensemble des installations ferroviaires : l'immense bâtiment voyageur, la rotonde pour abriter les locomotives espagnoles, le pont tournant, les faisceaux de voies, les entrepôts de marchandises, les passages souterrains… Le 25 mai 1928, le bâtiment voyageur de la gare de Canfranc était entièrement terminé.
 
   
11 juillet 1928, le personnel de la gare pose devant le premier train français. Photo Francisco de las Heras   Les ouvriers saluent l'achévement des travaux du bâtiment voyageur en 1925.
Photo Francisco de las Heras
Le 11 juillet 1928, le premier train français avec à sa tête une BB Midi série E 4000 entra en gare de Canfranc marquant l'ouverture de l'exploitation entre Bedous et Canfranc.
Le 18 juillet 1928, la gare internationale de Canfranc fut inaugurée en présence d'Alphonse XIII, roi d'Espagne, de Gaston Doumergue, président de la République française, du général Primo de Rivera et de Louis Barthou, l'enfant du pays. Aux Forges d'Abel, le 18ème régiment d'infanterie français défila devant les deux chefs d'Etat. Puis, le train inaugural franchit le tunnel du Somport et entra en gare de Canfranc où un un déjeuner de 275 couverts était servi.
 
Les officiels français et espagnols le 18 juillet 1928.
Photo Francisco de las Heras
     
Après plus de 24 années de travaux, le transpyrénéen entrait en service. Mais, son fonctionnement allait s'avérer aussi difficile que sa construction.
 
[suite]