Les sept gares de la vallée se ressemblent. Plus ou moins bien préservées et mises en valeur, elles marquent la présence du rail dans la vallée. Construites dans un style régionaliste, elles s'opposent à la monotonie des gares classiques de la compagnie du Midi.
Elles sont conçues pour affronter des conditions climatiques de montagne. Dans la droite ligne de la doctrine régionaliste, elles sont bâties avec des matériaux locaux : moellons de calcaire hourdés au mortier de chaux et toits d'ardoise pentus pour que la neige glisse.
" L'altitude du rail " inscrite dans chaque gare rappelle la prouesse technique d'une telle ligne de montagne au début du XXème siècle.
Après la fermeture de la ligne, les gares ont toutes trouvé une nouvelle vie. De Lurbe-Saint-Christau aux Forges d'Abel, elles participent à la vie économique de la vallée. Entreprises, associations, services publics les ont rachetées ou louées à la SNCF. Les accès à la voie restent propriété de RFF dans l'éventualité d'une réouverture. De toute façon, la ligne ne serait plus exploitée dans les conditions de 1928.
Vous les apercevrez sûrement en vous promenant dans la vallée, mais ce sont aujourd'hui des propriétés privées. Seule la gare d'Etsaut, maison du parc national des Pyrénées, se visite.
Bedous
Urdos
Lescun-Cette-Eygun
Gardant la même unité de style, leur taille varie en fonction de l'importance de la localité desservie. Une halle à marchandise est accolée à chaque bâtiment voyageur.
16 mai 2003
Cloche d'annonce
des trains. Sarrance